Alimentation en bivouac au long cours

Oyon, le 06/05/16

J ai longuement hésité avant de proposer cet article sur notre mode enfin nos modes d’alimentation durant cette année en vélo, où nous avons dans la grande majorité des cas cuisiner sur nos lieux de bivouac… De nombreux articles traitent du sujet, des tas de blogs proposent des recettes élaborées en bivouac, en somme la question a été mainte et mainte fois traitée.

Toutefois, touchant du doigt la fin du voyage, après avoir traversé les US , le Canada, le Mexique, un bout de l’Argentine, une grande partie du Chili, un petit bout de la bOlivie, et une bonne partie des Andes Péruviennes, j’avais envie de partager notre expérience sur la nourriture en bivouac, sur des périodes d’autonomie variant entre deux et sept jours. Cet article ne traitera pas de recettes facilement réalisables lorsque nous sommes à proximité de villes ou de facilités qui nous offrent  » tout ou presque à porter de main mais de menus basiques qui ont rythmé notre quotidien au cours de l’année.

Ustensiles utilisés

Ceux qui connaissent Vincent ne seront pas surpris de voir que même pour la cuisine, le minimalisme règne en maitre! Voici donc un aperçu de nos ustensiles: 


– Réchaud à Alcool Trangia et son support en alu

– Popote en aluminium de 2L (idéale pour deux, convenant aussi pour 4 bouches)

– Poêle en inox, robuste! Parfaite tout simplement!

– Cuillère En bois d’olivier achetée à Saint Aubin!!! à tout à faire

– Cuillères Human Gear en plastique ultra solides

– Couteau suisse avec tire-bouchon et ouvre- boîte

– Quarts Snow Peak de 600 mL servant autant d’assiettes que de verres

– Petit verre en plastique, servant de verre mesureur de 125g

– Filtre à café/thé extra!
C’est tout!!!
Ingrédients et condiments, toujours en stock
Nos sacs de nourriture ne sont jamais vides et y demeurent systématiquement de la nourriture sèche et autres condiments! Petite note pour les condiments d’ailleurs! Vous n’allez pas tarder à le voir mais la nourriture en bivouac, en particulier concernant tout ce qui est sec, tourne toujours autour de la même chose et les herbes aromatiques et autres épices nous permettent de varier les plaisirs chaque soir, alors que le même plat de semoule est servi!
* Condiments:

– Sel

– Poivre

– Cumin

– Curry

– Herbes de provence/ Origan Basilic…
* Divers:

– Un peu de sucre en poudre

– Chocolat en poudre

– Et le plus important: l’huile d’olive, notre source lipidique principale! Stockée systématiquement dans une bouteille nalgène d’un demi-litre et dans une petite fiole style fiole human gear pour l’usage quotidien

– ail, oignons globalement toujours présents au fond du sac de nourriture

– Tisane, sachets de thé
* Nourriture sèche toujours en stock: 

– 1 portion de pâtes( les quantités sont valables pour nous, adaptables en fonction des appétits) soit 300g environ

– 1 portion de riz
 

Détails des trois repas et bonus dessert:
* Petits- déjeuners:
Inconditionnelle des tartines de beurre à la confiture maison accompagnées d’un petit yaourt, j’ai compris que ce petit- dej là deviendrait pendant un an l’exception ou bien le petit plaisir lorsque nous nous arrêtons chez des gens… Il a donc fallu s’adapter et franchement, cela n’a pas été facile!Voici toutefois quelques idées pour un petit dejeuner nomade, en bivouac


* Petit-déjeuner 1
– Flocons d’avoine( Miam!Humh, je ne suis pas une grande fan mais on s’habitue!), prise instantanée avec de l’eau bouillante

– Ajout facultatif de Chocolat en poudre de Mélange de graines de toute sorte: tournesol, courge, de fruits secs: amandes, noix… Et/ou de fruits secs

– Le must: des fruits frais coupés en petits morceaux!!!mais seulement pour les premiers jours, quand nous avons encore des produits frais

– Si vous en avez dans votre sac, (c’est notre cas de temps en temps, possibilité d’ajouter du lait en poudre qui rajoute du « peps » à la préparation!)

Ça y est, Le fameux porridge , appelé aussi gruau au Quebec, oatmeal aux US, est prêt.

Les flocons d’avoine peuvent être remplacés par de la polenta instantanée.
* Petit-déjeuner 2:
Pain ou substitut:

– Etats Unis/ Canada: pain de mie complet de préférence/ bägels

– Mexique: tortillas achetées dans les tortilleras, delicieuses

– Chili: pain le plus souvent, qui s’avère être exquis ! Ou bien galettes de riz soufflées

Garniture:

– Universel: Miel/ Confiture

– Etats-Unis/Canada: beurre de cacahuètes/ beurre d’amande, au pouvoir énergétique majeur!

– Chili/ Argentine: manjar/ Dulce de leche 

Quand rien de tout cela n’est possible, possibilité de mettre de l’huile et du sucre sur le pain! Délicieux!

Toutefois, le pain, le vrai n’est consommable en bivouac que les deux premiers jours….

En effet, le stockage devient compliqué au dela de 2 jours en raison de la place conséquente qu’il prend dans les sacoches. De plus, sa conservation au long cours n’est pas idéale!

* Petit-déjeuner 3:
– Semoule fine

– lait en poudre

– sucre ou miel

Faire chauffer de l’eau jusqu’à ébullition, rajouter le lait en poudre lorsque l’eau est bouillante ainsi que le sucre! 

Melanger! C’est prêt et vraiment bon.

Ajout possible de graines, de maca, de fruits…bien entendu.
* Petit-déjeuner 4:
– Préparation de pancakes, toute prête! Il en existe des délicieuses en Amérique du Nord… En Amerique du sud, je n’en ai pas trouvé!

L’avantage de ces préparations est qu’il n’est pas nécessaire de rajouter d’ingrédients(notamment les oeufs qu’il est très difficile de conserver en bivouac) , seulement une quantité définie d’eau…

Manger des pancakes en pleine nature, avant de demarrer la journée, je vous assure ça n’ a pas de prix!!!
Café: une vraie révolution depuis que nous avons acheté le filtre! Chaque matin, nous buvons notre café filtre.

* Déjeuners/ Dîners:
Ils sont souvent similaires, il faut le reconnaitre… Mais malgré tout nous tentons de faire varier les céréales utilisées entre le repas du midi et le repas du soir.

Avant de vous présenter les differents menus, je voulais juste préciser que notre alimentation a connu une veritable évolution,

Notamment après les deux premiers mois de voyage… Nous avions eu la mauvaise idée de croire que nous pourrions nous nourrir durant une année comme lorsque nous partons une semaine en randonnée en autonomie! Idéal pour les carences, la survenue d’infections à gogo et la baisse indubitable du moral! À bannir absolument!

Notre philosophie actuelle est de tenter de manger en se faisant plaisir en bivouac( dans la limite du raisonnable pour le poids…) et lorsque nous sommes dans les villes, de nous faire encore plus plaisir!
* Déjeuner 1:
– Pâtes: la base de notre alimentation! Vincent a revolutionné la cuisson de ces dernieres en adoptant la cuisson parabolique. Celle-ci permet de débuter la cuisson dans l’eau froide. Nous portons ainsi le mélange eau froide/ pates à ébullition pour ensuite laisser les pâtes dans l’eau bouillante le temps nécessaire. Le resultat est bluffant.

– Concernant les petits plus pour agrémenter ce plat de pâtes, il y a bien entendu cette huile d’olive qui nous a toujours sauvé!

– Le parmesan, fromage par excellence des sejours en autonomie de par sa conservation optimale constitue une bonne option.

– Sauce tomate: en sachet, très répandue en Amerique du Sud.

– Oignons / ail: ideal lorsqu’ils sont préalablement revenus dans l’huile, à la poele… Mais il est toutefois possible de les faire cuire directement avec les pâtes. La conservation des oignons est bien plus facile que les autres légumes en règle générale
* Déjeuner 2:
– Riz: la cuisson du riz est certes plus longue que celle des pâtes mais en lançant cette dernière avant de monter le camp, nous arrivons à ne pas trop nous impatienter pour le repas.

La cuisson utilisée est celle du riz pilaf, un verre et demi d’eau pour un verre de riz.

L’ajout de thon adoptée par Vincent lors de la cuisson du riz permet d’agrémenter ce plat!

Le riz se marie très bien avec toute sortes de sauce mais aussi avec des lentilles.
Digression sur les lentilles amenant au dejeuner 3:
Elles demeurent les légumineuses qui cuisent le plus vite, et ce d’autant plus qu’elle sont rehydratées( rehydratation dans une bouteille nalgène à gros goulot avec ajout d’eau froide, pendant la journée de vélo pour une consommation le soir)

Utilisation de préférence des lentilles corails qui cuisent très vite mais qui sont malheureusement difficilement trouvables.

Le plus souvent, nous mixons les lentilles avec du riz ou du quinoa.

Pour la quantité d’eau, nous comptons sur deux verres d’eau pour un verre de lentilles.

Tout Ajout de condiments, d oignons , d’huile, de fromage sont un plus qui améliorent considérablement le plat!
* Déjeuner 4:
– Semoule à grain moyen: Rien de plus simple et de plus rapide que la semoule!

Une eau bouillante, de la semoule, quelques gouttes d’huile et une pincée de sel , deux minutes d’attente et le plat est prêt!

Toutefois, elle peut être un peu sèche…

L’ajout de légumes Déshydratés a sauvé bon nombre de nos repas! Aux Etats Unis et au Canada où ils sont très répandus, une simple poignée permettait de rendre la semoule plus agréable à déguster! Il suffit de les ajouter dans l’eau de cuisson et de les faire bouillir!

(Achat dans les magasins bio ou bien possibilité de se fabriquer ses propres légumes à l’aide d’un déshydrateur)
* Dessert/ Gouter/ Pause:
Encore une fois, l’idéal n’existe pas en bivouac…. Et je dois avouer que les aliments avec des index glycemiques bien élevés ont très souvent joué le rôle de nos desserts et autres gouters… Nous ne nous sommes guère exemplaires de ce côté là, en particulier au Pérou, dernier pays de notre aventure où les gâteaux industriels, faute de mieux, sont consommés généreusement.
* En-cas:
– Amerique du nord/ Chili/ Argentine: graines de toutes sortes et fruits secs, disponibles partout!/ barres de céréales de type cliff barr, très énergétiques.

– Pérou: gâteaux industriels, en petits paquets.
* Desserts:
Pour les desserts, les fruits sont généralement consommés très rapidement et il ne reste plus que les tablettes de chocolat et les gâteaux secs.
S’hydrater avec un thé, une tisane ou un bol de chocolat chaud aide à améliorer les fins de repas. 
Nous arrivons à la fin de cet article sur notre nourriture en mode bivouac, lorsque nous sommes dans la pampa ou en montagne! Peut être qu’il inspirera certains!