Un depart différé !

Qui l’aurait cru ? Après une arrivée précoce dans la nuit du samedi au dimanche à Roissy (et nous connaissant c’est chose rare) suite à 15 minutes de vélo entre chez Nico et La Gare du Nord et 45 minutes de trajet dans le RER B, nous voici bien desappointés, à 8h30 heure locale, Vincent en train de negocier un nouveau vol pour Reyjkavik et moi patientant dans la salle des bagages pour récupérer les sacoches.

Une petite explication s’impose :

Au moment de l’enregistrement, la gentille hôtesse d’Icelandair nous demande notre billet retour ! Quelle idée ! Nous n’en avons pas of course ! Après de claires explications, notre hôtesse, nettement moins aimable nous indique que nous ne pourrons pas embarquer… sans billet retour…

La chouette blague…!

Après une heure de réflexion à lire les forums, batailler entre des billets moins cher et d’autres annulables sans conditions à plusieurs milliers d’euros, la triste réalité s’impose à nous : notre vol pour l’Alaska exige un billet retour…Nous n’avons pas d’autres choix que de le prendre… 

L’heure file à toute allure après avoir acheté ce maudit billet. La préparation des vélos est maladroite (pas de cartons à disposition chez Icelandair), rapide et légèrement bâclée… Heureusement Claire et Nico sont présents pour nous aider à faire face.

L’enregistrement se fait à la dernière minute…Dans un fouillis d’explications, nous comprenons que nous devons filer avec nos vélos porte 76 pour l’embarquement…

Quelle grossière erreur… Refoulement logique et évident au niveau du contrôle de securité… Je passe tandis que Vincent repart avec les deux vélos vers le comptoir d’enregistrement.

Au final, l’hôtesse n’a pas tergiversé et jugeant cette situation légèrement compliquée, a tout bonnement annulé notre vol… 

Bye bye Alaska ! Bonjour les premières galères !

Heureusement, Vincent a des ressources et après quelques échanges houleux avec la responsable réussit à nous placer sur le vol de l’après-midi pour récupérer ainsi notre deuxième vol à Reyjkavik.

Ouf !!!

Nous prenons le temps de bien nous occuper du conditionnement de nos vélos et de nos sacoches toujours avec la grande aide de Claire et Nico !

 
Nous voici enfin prêts pour décoller.

Le vol est magnifique : nous survolons les sommets enneigés du Groenland, admirons la banquise près de Queen Elizabeth Islands pour terminer par les montagnes et les lacs d’Alaska. 

 
Nous apprendrons à l’arrivée lors du passage de la douane que le billet retour est souvent imposé par les compagnies pour se couvrir, et éviter de payer une amende si l’officier d’entrée refuse un passager pour cette raison.